Information

Retrouvez toutes les informations concernant le Coronavirus - COVID-19 sur http://www.vresse-sur-semois.be/fr/coronavirus/

Avertissement

Suite au COVID-19

Certaines manifestations peuvent êtres annulées.

Merci de vous renseigner au préalable au +32 (0) 61 29 28 27

Coche verte

Aller au contenu. | Aller à la navigation

Navigation

Navigation
Menu de navigation
Vous êtes ici : Accueil / Annuaire / Petit patrimoine / Camp du Maquis des Blaireaux - Vresse

Petit patrimoine / Camp du Maquis des Blaireaux - Vresse

none

Description :

Reconstitution du Camp du Maquis des Blaireaux comprenant six cabanes réalisées en bois d'épicéa autoclave et recouvertes de tôles ondulées.

Le baraquement était constitué de deux dortoirs, une cuisine, un réfectoire, une cave et une chapelle (voir croquis des cabanes).

 

Environnement : 

En pleine forêt, sur les hauteurs entre Vresse et Orchimont

 

Etat de conservation :

Bon

 

Date de construction :

Les cabanes construites pendant la seconde guerre mondiale n'existaient pratiquement plus jusqu'à ce que le syndicat d'initiative de Vresse et son président, Théo Michel, les fassent renaître au début des années 1990.

 

Historique :

Sur le secteur de la Basse-Semois, il y eut plus de 20 camps de maquisards lors de la guerre 40-45. Le camp des Blaireaux est le seul à avoir été reconstitué après la guerre et à être entretenu comme témoin de la vie du Maquis. Situé au nord de Vresse sur les hauteurs boisées au relief tourmenté, il s’agrippe au flanc du Terne. Il était introuvable pour les profanes. Même la fumée de son feu ne pouvait être aperçue de nulle part. Ce camp, à l'instar des autres, était tout un art de dissimulation dans la forêt ardennaise. Comme alors, la végétation camoufle plusieurs baraquements dont on peut reconnaître aisément la destination : chapelle, réfectoire, cuisine et cave, dortoirs. Par sécurité supplémentaire, le camp avait le téléphone relié discrètement à une maison sûre de Vresse qui pouvait donner l'alerte et surtout renseigner les allées et venues allemandes dans la Basse-Semois. Cela permettait de mieux préparer les sabotages, embuscades et autres parachutages d'armes.

 

Références :

www.vresse-sur-semois.be

Jean-Pierre Lambot, « Les amis de Vresse », décembre 1974.

Jean-Pierre Lambot, La Basse-Semois Illustrée, Beauraing, 1982.

Actions sur le document