Information

Retrouvez toutes les informations concernant le Coronavirus - COVID-19 sur http://www.vresse-sur-semois.be/fr/coronavirus/

Aller au contenu. | Aller à la navigation

Navigation

Navigation
Menu de navigation
Centre Touristique et Culturel
Vous êtes ici : Accueil / Loisirs / Tourisme / Centre Touristique et Culturel / Découvrir / Patrimoine / La Glycine à Vresse

La Glycine à Vresse

Elle doit son nom poétique aux guirlandes mauves qui embaument le visiteur et tels des rubans, elles décorent la façade blanche comme une femme s’en parerait sur sa crinoline immaculée.

Cette façade artistique le fut comme son intérieur durant de nombreuses années. Au départ, uniquement hôtel-restaurant, José Chaidron avec son mécénat et le concours de l’écrivain Georges Bouillon, en fit un haut lieu de l’Art et de la Culture. Il fut le foyer de ce qui est devenu l’Ecole de Vresse.

A tout seigneur, tout honneur : Albert Raty, né à Bouillon en 1889, vint très tôt s’installer à Vresse. Sourd et muet, il consacra sa vie entière à la peinture, parfois sombre, ce qui donne un certain tragique aux paysages ardennais. Il décéda à Vresse en 1970. Son buste se trouve non loin du Pont-Saint-Lambert.

Surtout n’oublions pas les autres peintres qui furent aussi les emblèmes de l’Ecole de Vresse : Marie Howet (1897-1984), prix de Rome en 1922, inspirée par ses voyages en Grèce, Irlande, Italie et bien sûr par notre région ardennaise ; Johnny Schuddeboom avec ses imposantes compositions quasi abstraites ou encore Jacques Vander Elst qui, avec ses coups de couteau ou de brosse, nous a peint des paysages d’Alsace, de Bretagne et bien évidemment d’Ardenne.

Si ces quatre grandes figures sont disparues, leurs œuvres qui accompagnent notamment un extraordinaire tableau de Léon Frederic forment la base de l’exposition permanente au nouveau Centre d’Interprétation de l’Ecole de Vresse. Le Centre culturel et la Maison du Tourisme, installée à La Glycine, organisent aussi avec bonheur, chaque mois, des expositions temporaires de nos peintres contemporains. L’esprit de La Glycine continue d’exister !

Actions sur le document